A qui profite la désinformation sur la cigarette électronique ?

Impossible de passer à côté si vous vapotez : pour fêter les 10 ans de la vape l’été dernier, certains médias se sont lancés dans une véritable campagne de « vape bashing ».

Pourquoi tant de désinformation autour d’un dispositif aussi efficace de lutte contre le tabac ? Qui se cache derrière les récentes et très médiatiques polémiques autour de la cigarette électronique ?

Cette semaine, l’équipe Purvapor a mené l’enquête pour tenter de démêler le vrai du faux.

D’abord attardons nous sur l’historique du phénomène qu’on peut sans mentir, qualifier de véritable hystérie médiatique

La chronologie de la campagne médiatique de désinformation sur la cigarette électronique coïncide tristement avec l’anniversaire des 10 ans de la vape.

Tout commence à la fin du mois de juillet, lorsque des cas de maladies pulmonaires sont décelées chez des adolescents de l’Etat du Wisconsin aux USA. Il est apparu que ces jeunes consommaient tous des e-liquides achetés au marché noir, qui étaient frelatés et contenaient de l’huile de THC enrichie en vitamine E.

Businessman with magnifying glass reading documents

Malgré l’absence de preuve de l’existence d’un lien de causalité entre la e-cigarette et les maladies pulmonaires, les médias communiquent en masse sur la dangerosité de la cigarette électronique. A la fin du mois d’août, les premiers cas de décès des suites de la mystérieuse maladie pulmonaire apparaissent. Aucune donnée scientifique ne met en cause directement la cigarette électronique et pourtant, le sulfureux Donald Trump s’en mêle et envisage son interdiction pure et simple. A ce stade la machine médiatique s’emballe, il n’y a plus rien de rationnel dans l’évolution politique et économique du phénomène.

Business Lobby

Les lobbys pharmaceutiques et les lobbys du tabac flairent le bon filon pour discréditer leur rivale la cigarette électronique. Une enquête espagnole révèle que des grands laboratoires comme l’américain Pfizer a financé des campagnes de dénigrement de la vape via des donations clandestines en Allemagne.

Mais qui est responsable de toute cette confusion autour de la cigarette électronique ? Pour le savoir il faut certainement se demander qui en profite ? L’Industrie du tabac, l’industrie pharmaceutique, les médias ? Sans doute un peu tous. Une chose est sure, toute cette polémique aura finalement desservi tous ceux qui se battent individuellement, jour après jour pour réussir leur sevrage tabagique.  Découragés par les campagnes de désinformation sur la e-cigarette, beaucoup ont préféré continuer la tueuse.

C’est dommage lorsque l’on sait que le scientifique britannique Peter Hajek, (Directeur de recherche auprès de la Queen Mary University à Londres) a récemment montré dans une étude menée auprès de 800 participants qu’en comparaison aux autres substituts nicotiniques, la cigarette électronique multipliait par deux les chances d’arrêter le tabac. 

Les bénéfices de la cigarette électronique dans le cadre du sevrage tabagique ont d’ailleurs été récemment confirmés par une étude Ecossaise publiée le mardi 19 novembre dans la prestigieuse revue scientifique Journal of the American College of Cardiology. D’après les scientifiques le fait de passer du tabac à la cigarette électronique améliore la santé des artères en seulement un mois.

Petite lueur d’espoir dans cette triste chronique, Donald Trump fait marche arrière dans sa volonté d’interdire les e-liquides aromatisés. Ce revirement annonce peut être la fin du phénomène de vape bashing importé depuis cet été par les US.